Tours Métropole Economie et Tourisme Politique de la Ville Habitat Développement durable Sport et culture Mobilité
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Les quartiers de La Galboisière à Saint-Pierre-des-Corps,  du Petit Plessis à La Riche, du Morier et de la  Vallée Violette à Joué-lès-Tours et de La Bergeonnerie à Tours sont définis comme « quartiers de veille active ». Ces quartiers, moins peuplés et /ou au revenu médian supérieur au seuil le plus bas retenu pour les quartiers prioritaires, bénéficieront de  l’ingénierie de la politique de la ville ainsi que des moyens de droit commun qui permettront leur  développement.

Bergeonnerie
Construit en retrait de la côte de l’alouette, La Bergeonnerie demeure à l’écart des autres quartiers qui bordent la vallée du Cher. Il bénéficie en revanche de la proximité du réseau de bus en site propre (ligne Tempo 2) et de grands équipements d’agglomération (campus universitaire, CHRU). La vétusté et le manque d’ouverture du centre commercial sur son environnement et la vétusté des espaces résidentiels de la partie ouest du quartier (propriété de Tour(s) Habitat) sont les deux principaux enjeux urbains observés.

Morier
Situé à 400 m du centre-ville de Joué-lès-Tours, le quartier du Morier bénéficie d’une localisation favorable. Les principaux enjeux urbains sont d’une part, la valorisation de l’habitat social et surtout de celui en copropriété (traitement des espaces extérieurs et performance énergétique des logements) construits dans les années 1950 ; d’autre part, la redynamisation du centre commercial de quartier (vacance et spécialisation de l’offre).

Vallée Violette
Situé à 800 m à l’est du centre-ville de Joué-lès-Tours, desservi par le boulevard de Chinon, principal axe intercommunal est-ouest de la commune, et disposant d'une offre diversifiée d’équipements publics,de services et de commerces de proximité, ce quartier ne présente pas d’enjeu urbain, hormis l’absence de franchissement des voies ferrées qui isolent le quartier de celui de la Rabière limitrophe.

Galboisière
Le quartier d’habitat social collectif de la Galboisière est caractérisé par une densité élevée et une organisation urbaine quasi inchangée depuis sa construction à la fin des années 1950. Si ses habitants bénéficient de la proximité de la gare TGV de Saint-Pierre-des-Corps, ils en subissent également les nuisances (congestion automobile, saturation du stationnement public voire occupation du stationnement résidentiel, occupation des halls et plus particulièrement de celui de la tour donnant sur le parvis de la gare). La requalification du pied de la tour de la Galboisière, l’amélioration de l’accessibilité, de l’habitabilité et des performances énergétiques du parc social, enfin la redynamisation de la vie du quartier autour de la Maison Durand constituent les principaux enjeux sur le quartier.

Petit Plessis
Bien qu’implanté en périphérie de la ville, le long du boulevard périphérique, ce petit quartier composé exclusivement de logements sociaux individuels est très apprécié par ses habitants. L’implantation du centre commercial La Riche soleil à côté du quartier et l’élargissement de l’avenue du couvent des Minimes au début des années 2000 a réduit l’isolement de ce quartier. Les principaux enjeux urbains sont l’amélioration de la desserte par le réseau de bus, la création de liaisons douces en direction des quartiers situés au sud du Cher et la mise en valeur d’un terrain en friche situé à l’entrée du quartier.

Développement urbain
Cyclistes, donnez votre avis !
  • Villes cyclables
  • Tramway
  • Passerelle du Placier
  • Assainissement
  • Mobilités